Rien sans les femmes

(Français)

This article is written by the Ambassador of Sweden Annika Ben David and International Alert’s DRC Country Director Maria Lange. It was first published in the print edition of Le Potentiel on 15 May.

Rien Sans les Femmes logoThe Swedish government is partnering with International Alert to improve women’s decision-making power in the Democratic Republic of the Congo (DRC). They support the newly launched campaign Rien Sans les Femmes (Nothing Without Women), which aims at increasing the number of women candidates for the upcoming elections and brings together more than 40 civil society organisations. Empowering women as economic, political and social actors will lead to more representative institutions, and hence a more inclusive Congolese state and a more sustainable peace in DRC and in the wider Great Lakes region of Africa.

Gender equality and women’s participation in decision-making are foundations of inclusive peacebuilding and good governance. Addressing barriers and obstacles to women’s participation in public life lie at the heart of true reform, helping to significantly increase the culture of plurality in a post-conflict society, such as the Congolese one.

The government of DRC has made an effort to increase women’s participation in public institutions, as illustrated by article 14 of the constitution of 2006. It establishes that women have the right to equal representation in national, provincial and local institutions, and that the state must guarantee the implementation of this right.

This right is also recognised by various international legal instruments ratified by the Congolese government, such as the Convention for the Elimination of all forms of Discrimination Against Women (CEDAW, 1986) and the Protocol of the African Charter on Human and Peoples’ Rights on the Rights of Women in Africa (2009), better known as the Maputo Protocol. The Congolese government has also reinforced its political commitment to increase women’s representation in decision-making, with the adoption in 2010 of the National Action Plan to implement United Nations Security Council Resolution 1325 on Women, Peace and Security.

However, implementation of these commitments is still weak. Women’s participation in decision-making in DRC remains low at all levels; hence women are being excluded from influencing the future of their country. During the elections in November 2011, none of the 11 presidential candidates were women, and women numbered only 2,160 out of 18,000 candidates in the legislative elections.[1] Women make up only 8% of parliamentarians nationally and none of the 11 provincial governors are women.[2] In the current national government, there are only seven women versus 40 men (14.8%). Traditional and community leaders in DRC are also overwhelmingly men, and available evidence suggests that women play little role in community-level decision-making. For instance, in Masisi territory (North Kivu), all presidents and vice-presidents of the eight market committees are men, except one woman vice-president. In Maboya (Beni territory, North Kivu), there are 27 water and hygiene committees, and all the presidents of the committees are men. In South Kivu, out of the 55 managers of the provincial divisions, there are only three women.[3] At the household level, available evidence also suggests that it is men who own and decide on the use of almost all assets.[4]

The upcoming elections in DRC are an opportunity to increase women’s representation in public life at all levels. The government – supported by its partners – should act now to enable more women to vote and more women to become candidates. The recently approved electoral law does not grant women this opportunity, as it only mentions the principle of equal representation in electoral lists (article 13.3) and states that the non-equal representation of men and women on an electoral list is not a reason to reject the list (article 13.4). In this manner, the electoral law side-steps the principle of equal representation, despite this principle being clearly established by the constitution.

This article in the law has been the focus of a new advocacy campaign, Rien Sans les Femmes, which is picking up momentum and helping Congolese women’s organisations to work together in a more effective and coordinated manner. The leaders of 15 civil society organisations came together in March 2015, in a workshop co-organised by International Alert and Kvinna till Kvinna Foundation (Woman to Woman) to reflect on the implementation of UN Security Council Resolution 1325 and to discuss advocacy strategies to strengthen women’s participation. The participants felt strongly that the upcoming elections are an opportunity for women to have a stronger influence, and that Congolese civil society organisations should jointly mount a focused, strong advocacy campaign in order to mobilise other organisations, civil society groups, gender activists and the general population with a view to changing article 13.4 of the electoral law.

In just a month, this group of civil society organisations, led by Association des Femmes des Medias (AFEM) and Caucus de Femmes in Bukavu, Solidarité des Femmes Activistes pour la Défense des Droits Humains (SOFAD) in Uvira, Congo Men’s Network (COMEN) and Action pour le Développement des Populations Défavorisées (ADPD) in Goma, and Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral (SOFEPADI) in Beni, has managed to bring together more than 40 organisations in South Kivu, North Kivu and Kinshasa, and the movement is growing every week and extending to other provinces. Their objective is an equal representation of women and men in decision-making positions in DRC at all levels, and their demands are quite straightforward:

  1. The revision of article 13.4 of the electoral law, to invalidate electoral lists that do not include female candidates in an equal manner; and
  2. The adoption of the Women’s rights and Parity law, to reinforce the Congolese gender equality legislation in all sectors and at all levels.

Solange Lwashiga, Executive Secretary of Caucus de Femmes and one of the initiators of the campaign, says:

“I am really impressed by the mobilisation of different women’s rights organisations and individuals around the campaign. I am excited by the level of motivation to maximise the collection of signatures for the petition to change article 13.4 of the electoral law. This campaign has proved that it is possible to work beyond our differences for the same objective, because men, women, young and old, including those in the public sector, have already signed the petition. I think that this campaign will bring other Congolese to understand that it is our right to launch a petition against any discriminatory law. I also think that it will be an opportunity for Congolese parliamentarians to learn about the level of awareness and citizenship participation among everyday Congolese people.

This week, member organisations of the campaign from North Kivu, South Kivu and Kinshasa met with the ministers of gender and trade, presidents of the Senate, National Assembly and Commission Electorale Nationale Indépandante (National Independent Electoral Commission, CENI), leaders of eight political parties, the head of the national council of chiefs and the gender focal points of different embassies to advance the demands of the campaign. On Thursday 14 May, they submitted a petition signed by over 200,000 people to the National Assembly, calling for a change to article 13.4 of the electoral law. At the same time, there have been peaceful marches to support this submission and the campaign in North and South Kivu, and in front of the National Assembly.

The Swedish government is partnering with International Alert to improve women’s decision-making power, and is supporting this campaign as part of Alert’s four-year project Tushiriki wote (Let’s all participate). The specific objective of the project is to promote women’s civic, political and economic empowerment through knowledge, networking and advocacy. Empowering women as economic, political and social actors will lead to more representative institutions, and hence a more inclusive Congolese state and a more sustainable peace in DRC and in the wider Great Lakes region of Africa.

You can support our campaign today by following us on Facebook here (page in French) and find out more about Tushiriki wote here.


[1] Bakiman, Un rapport sur les femmes en RDC, 2011

[2] Fick and Nikwane, Gender and elections in the Democratic Republic of Congo, 2008

[3] Data collected by CAFED, SOFEPADI, SOFAD and Caucus de Femmes in September 2013 as part of the activities of the ‘Women, citizenship and peacebuilding’ project, implemented by International Alert and Kvinna till Kvinna, and funded by SIDA.

[4] Brun, Femmes et Hommes; Quel role dans l’agriculture?, presentation to Humanitarian Clusters, 2010; Government of DRC, République Démocratique du Congo: Enquête démographique et de santé [Democratic Republic of Congo: Demographic and health survey], Kinshasa, 2007


Rien sans les femmes !

Cet article a été rédigé par Annika Ben David, Ambassadeur de Suède en RDC, et Maria Lange, Directrice pays d’International Alert RDC. Il a été premièrement publié par le journal Le Potentiel le 15 mai.

Le Gouvernement suédois s’associe à International Alert pour améliorer le pouvoir décisionnel des femmes en RDC. Il apporte son soutien à la nouvelle campagne « Rien sans les femmes », dont l’objectif est d’accroître le nombre de femmes candidates aux prochaines élections, et qui réunit plus de 40 organisations de la société civile. L’autonomisation économique, politique et social des femmes sera propice à l’instauration d’institutions plus représentatives et à un État congolais plus inclusif, ce que va contribuer à la promotion d’une paix plus durable en RDC et dans la région africaine des Grands Lacs.

L’égalité de genre et la participation des femmes au processus décisionnel constituent les bases d’une consolidation de la paix inclusive et d’une bonne gouvernance. Une véritable réforme doit tenir compte des éléments qui freinent et empêchent la participation des femmes à la vie publique, en contribuant à accroître considérablement la culture de la pluralité au sein des sociétés en situation post-conflit, comme c’est le cas de la RDC.

Le Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a pris des mesures pour accroître la participation des femmes aux institutions publiques, comme l’illustre l’article 14 de la Constitution de 2006. Cet article fait ainsi valoir que les femmes ont droit à une représentation équitable au sein des institutions nationales, provinciales et locales, et que l’État doit garantir la mise en œuvre de ce droit.

Ce droit est également reconnu par différents instruments juridiques internationaux que le Gouvernement congolais a ratifiés, tels que la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW, 1986) et le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (2009), plus connu sous le nom de « Protocole de Maputo ». Le gouvernement congolais a par ailleurs renforcé son engagement politique à l’égard d’une hausse de la représentation des femmes dans les processus décisionnels avec l’adoption en 2010 du Plan d’action national pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies portant sur les femmes, la paix et la sécurité.

Cependant, la mise en œuvre de ces engagements reste insuffisante. La participation des femmes aux processus décisionnels en RDC demeure faible à tous les niveaux ; ainsi, les femmes sont exclues des activités à même d’influer sur l’avenir de leur pays. Lors des élections de novembre 2011, il n’y avait aucune femme parmi les 11 candidats à la Présidence, et sur les 18 000 candidats aux élections législatives, seuls 2 160 étaient des femmes.[1] Sur le plan national, les femmes ne représentent que 8 % des députés, et aucune femme ne figure parmi les 11 gouverneurs provinciaux actuels.[2] Le gouvernement national actuel ne compte que sept femmes, contre 40 hommes (soit 14,8 %). Aussi, les chefs traditionnels et communautaires de la RDC sont essentiellement des hommes, et certains éléments suggèrent que les femmes ne jouent qu’un rôle infime dans les processus décisionnels au sein de leur communauté. Par exemple, dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu), quasiment tous les présidents et vice-présidents des huit comités de marché sont des hommes – exception faite d’une femme qui est vice-présidente. À Maboya (territoire de Beni, Nord-Kivu), on dénombre 27 comités d’eau et hygiène, tous présidés par des hommes. Au Sud-Kivu, sur les 55 responsables des divisions provinciales, seuls trois sont des femmes.[3] Au niveau des ménages, il semblerait aussi que ce soient les hommes qui détiennent la plupart des actifs et que ce soient eux qui prennent les décisions relatives à leur utilisation.[4]

Les prochaines élections en RDC offrent l’occasion d’accroître la représentation des femmes à tous les niveaux de la vie publique. Le gouvernement – avec le soutien de ses partenaires – devrait dès à présent prendre des mesures pour permettre à un nombre accru de femmes de voter et de se porter candidates. Or, la loi électorale approuvée récemment ne prévoit pas cette opportunité pour les femmes, évoquant uniquement le principe de représentation égale sur les listes électorales (article 13.3) et faisant valoir que la non-réalisation de l’égalité entre hommes et femmes pendant les élections ne rend pas la liste inadmissible (art. 13, al. 4). Ainsi, la loi électorale contourne le principe de la représentation égale alors même que la Constitution a clairement établi ce principe.

C’est sur cet article de la loi qu’a été centrée une nouvelle campagne de plaidoyer, Rien sans les femmes, qui réalise actuellement une véritable montée en puissance et aide les organisations de femmes congolaises à œuvrer ensemble d’une manière plus efficace et mieux coordonnée. Les leaders de 15 organisations de la société civile se sont réunis en mars 2015 à l’occasion d’un atelier co-organisé par l’ONG britannique International Alert et la Fondation suédoise Kvinna till Kvinna (« De femme à femme ») pour réfléchir à la mise en application de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU et débattre des stratégies de plaidoyer à même de consolider la participation des femmes. Les participants ont fait savoir que les prochaines élections offraient aux femmes la possibilité d’exercer une influence plus soutenue et que les organisations de la société civile congolaise devraient lancer conjointement une campagne de plaidoyer ciblée et puissante pour mobiliser d’autres organisations, groupes de la société civile, militants en faveur de l’égalité de genre et la population au sens large dans le but de modifier l’article 13, alinéa 4, de la loi électorale.

En l’espace d’un mois seulement, ce groupe d’organisations de la société civile, dirigé à Bukavu par AFEM et Caucus de Femmes, à Uvira par SOFAD, à Goma par COMEN et ADPD, et à Beni par SOFEPADI, a réussi à rapprocher plus de 40 organisations au Sud-Kivu, au Nord-Kivu et à Kinshasa. Le mouvement prend chaque semaine de l’ampleur et s’étend à d’autres provinces. Il vise à obtenir une représentation égale entre hommes et femmes aux postes décisionnels en RDC, à tous les niveaux. Ses revendications sont assez simples :

  1. Révision de l’article 13, alinéa 4, de la loi électorale afin d’invalider les listes électorales sur lesquelles les candidates femmes ne sont pas représentées de manière égale
  2. Adoption de la loi sur les droits des femmes et la parité afin de renforcer la législation congolaise régissant l’égalité de genre dans tous les secteurs et à tous les niveaux.

Solange Lwashiga, Secrétaire exécutive de Caucus de Femmes et l’une des créatrices de la campagne, affirme :

« Je suis vraiment impressionnée par la mobilisation de différentes organisations de défense des droits des femmes et individus autour de la campagne. Je suis ravie du niveau de motivation destiné à maximiser la collecte de signatures pour la pétition visant la modification de l’article 13.4 de la loi électorale. Cette campagne prouve qu’il est possible de passer outre nos différences dans l’intérêt d’un même objectif, des hommes, des femmes, des jeunes et des personnes âgées, y compris du secteur public, ayant déjà signé la pétition. Je pense que cette campagne va faire comprendre aux autres Congolais que nous sommes en droit de lancer une pétition contre toute loi discriminatoire. Je crois aussi que cela permettra aux députés congolais de découvrir le niveau de discernement et de participation citoyenne des Congolais ordinaires. »

Cette semaine, une délégation des organisations membres de la campagne en provenance du Nord et du Sud Kivu et de Kinshasa ont rencontré à Kinshasa la Ministre du Genre, le Président du Senat, le Président de l’Assemblé Nationale, les chefs de huit partis politiques, le représentant des chefs coutumiers de la RDC, et les points focaux genre des différentes ambassades, pour avancer avec les demandes de la campagne. Le jeudi 14 mai, la délégation a soumis la pétition pour changer l’article 13, aliéna 4 de la loi électorale, qui a été appuyée par plus de 200.000 signatures. Au même moment, des marches pacifiques pour appuyer cette soumission ont été organisées au Nord et au Sud Kivu, ainsi qu’à l’Assemblé Nationale à Kinshasa.

Le Gouvernement suédois s’associe à International Alert pour améliorer les pouvoirs décisionnels des femmes et apporte son soutien à cette campagne dans le cadre de son projet Tushiriki Wote! (Participons tous !) d’une durée de quatre ans. L’objectif spécifique de ce projet est de promouvoir l’autonomisation civique, politique et économique des femmes à travers le savoir, l’établissement de réseaux et des programmes de plaidoyer. L’autonomisation économique, politique et sociale des femmes sera propice à l’instauration d’institutions plus représentatives et à un État congolais plus inclusif, ce que va contribuer à la promotion d’une paix plus durable en RDC et dans la région africaine des Grands Lacs.

Vous pouvez appuyer la campagne aujourd’hui en se joignant sur notre page de Facebook ici. Vous pouvez trouver plus d’information sur Tushiriki Wote sur ce lien.


[1] Bakiman, Un rapport sur les femmes en RDC, 2011

[2] Fick et Nikwane, Gender and elections in the Democratic Republic of Congo, 2008

[3] Données recueillies par CAFED, SOFEPADI, SOFAD et Caucus de Femmes en septembre 2013 dans le cadre des activités du projet Women, Citizenship and Peacebuilding (Femmes, citoyenneté et consolidation de la paix) mis en œuvre par International Alert et Kvinna till Kvinna, et financé par Sida.

[4] Brun, Femmes et hommes ; Quel rôle dans l’agriculture ?, Présentation devant des clusters humanitaires, 2010 ; Gouvernement de la RDC, République Démocratique du Congo: Enquête démographique et de santé, Kinshasa, 2007