La crise Malienne

Une approche basée sur la consolidation de la paix

Si le Mali est au cœur des débats, la prise de contrôle du nord du Mali par les radicaux ainsi que l’ingouvernabilité perçue de cette région, fruits d’une gouvernance insuffisante et de l’implication de l’État avec des groupes criminels, dominent l’ordre du jour. De plus, des groupes terroristes internationaux bien armés, équipés et formés profitent actuellement de cette situation.

Soutenue par la France et ses alliés, la campagne anti-terroriste s’inscrit en réaction aux différents groupes qui occupent la région – du jihadiste Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) en passant par le Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et le salafiste Ansar Dine. Ces derniers sont considérés comme une menace pour la sécurité, non seulement des régions et populations locales, mais aussi de l’Europe. En d’autres termes, un trop grand nombre d’analystes définissent aujourd’hui la crise au Mali en termes de sécurité pour les Occidentaux. En outre, la realpolitik domine l’agenda politique.

Toutefois, la lutte contre le terrorisme menée par des puissances extérieures n’est évidemment pas compatible avec la consolidation de la paix. Et pourtant, pour que le Mali puisse se remettre de la crise actuelle, il est impératif de trouver des solutions ancrées dans la consolidation de la paix. Et ce, en tenant compte de la politique ainsi que de la réalité historique et socio-économique du pays. Cette condition demeure aujourd’hui absente des stratégies d’intervention internationales au Mali. Dans cet article, nous allons tenter d’imaginer ce à quoi pourrait ressembler une approche basée sur la consolidation de la paix si elle était appliquée au conflit malien. (English)