COVID-19 : Les forces de sécurité doivent cesser de recourir à la violence et faire partie de la solution

En Afrique comme ailleurs dans le monde, les forces de sécurité ont été accusées de recourir à une force excessive pour imposer des mesures de confinement COVID-19, répandant ainsi la peur et la méfiance. Comment peuvent-elles jouer un rôle plus positif, en particulier dans les pays déjà confrontés à des conflits ?

Les restrictions relatives aux coronavirus ont obligé les forces de sécurité du monde entier à soutenir les mesures de verrouillage et à appliquer les lois d'urgence.

Dans de nombreux pays d'Afrique, l'armée et d'autres groupes paramilitaires sont mobilisés pour aider la police à faire face à l'épidémie. En Afrique du Sud, 70 000 soldats supplémentaires ont été déployés , à l'occasion du plus grand déploiement de ce type depuis l'avènement de la démocratie dans le pays.

Il n'a pas fallu longtemps pour que les cloches d'alarme se mettent à sonner au sujet de la participation généralisée des forces de sécurité à la riposte.

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et la Haute-Commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, ont tous deux tiré la sonnette d'alarme concernant les abus croissants des forces de sécurité.

En avril, la Commission nationale des droits de l'homme du Nigeria, un organisme lié au gouvernement, a publié une statistique alarmante : le nombre de décès dus aux mesures de confinement était plus élevé que les décès causés par le virus dans tout le pays.

Et au Kenya, après une série d'incidents parfois mortels, le président Uhuru Kenyatta a été contraint de présenter des excuses aux citoyens pour les excès des forces de sécurité.

Comme dans le cas de la crise liée à la violence policière systémique aux États-Unis, les populations africaines ont été les plus touchées par des stratégies mal appliquées qui peuvent sembler plus dommageables que la maladie elle-même. Il existe d'innombrables exemples de comportements agressifs des forces de sécurité sous le couvert - ou facilités par - les politiques gouvernementales de confinement dû au coronavirus : extorsion, passages à tabac, détention et même meurtres.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Il existe des problèmes de longue date de méfiance entre les forces de sécurité et les civils dans de nombreux pays africains. Il s'agit notamment d'un passé de violations des droits de l'homme, d'un manque de transparence et de responsabilité, et d'une inefficacité à assurer la sécurité des citoyens.

Au Mali, au Nigeria et en République démocratique du Congo (RDC), des groupes de civils ont même commencé à former leurs propres forces d’« autodéfense ».

Le caractère d'urgence du déploiement lors d'une épidémie signifie encore moins de surveillance du comportement des forces de sécurité et plus de place pour les abus. En outre, ces forces ne sont souvent pas suffisamment formées ou expérimentées dans la manière d'engager les communautés.

Partout sur le continent, les forces de sécurité sont appelées à appliquer des politiques que beaucoup de gens ordinaires ne peuvent pas suivre. Les mesures de base, telles que le port de masques en public et le fait de ne pas aller travailler, sont tout simplement inabordables pour une large partie de la population qui dispose de revenus de subsistance.

Si l'implication des forces de sécurité vise à protéger les citoyens, dans de tels cas, elle risque d'être perçue comme oppressive, en particulier à l'égard des plus vulnérables. Cela renforce les griefs de longue date contre l'État et la méfiance à l'égard des services de sécurité, en particulier dans les pays ayant un passé de régime militaire. Dans les pays où le secteur de la sécurité est dominé par un groupe particulier, son rôle dans les abus peut renforcer les tensions intercommunautaires.

Ainsi, pour de nombreux civils, la vue de forces armées patrouillant et appliquant des restrictions ne donne pas l'assurance que leur gouvernement prend des mesures décisives et nécessaires, mais a l'effet inverse d'engendrer la peur et la suspicion.

Cette crainte est aggravée par la propagation de rumeurs sur le virus et le manque d'accès à des informations officielles fiables et actualisée, car de nombreuses personnes vivent en dehors des zones urbaines et/ou n'ont pas accès à la télévision et à l'internet.

Le coronavirus se propage de manière invisible dans les communautés. Pour obtenir l'adhésion des citoyens à la nécessité de mesures de confinement et au respect des forces de sécurité, il faut une compréhension commune de la gravité de la menace, qui fait actuellement défaut dans de nombreux milieux.

Que peut-on faire ?

La confiance mutuelle entre ceux qui sont au pouvoir et ceux qu'ils sont censés servir est un élément essentiel de la paix et d'une réponse efficace aux situations d'urgence, tandis que la méfiance est un prédicteur typique de conflit.

S'il y a un déficit de confiance dans les institutions publiques, y compris l'armée et la police, en temps ordinaire, elles échoueront inévitablement en cas de crise.

Mais les institutions qui répondent aux besoins des citoyens peuvent jouer un rôle efficace et s'adapter à de nouvelles circonstances, même si elles sont soumises à d'énormes pressions. Les forces de sécurité ont pour mandat de fournir le plus fondamental et le plus essentiel des services de l'État : la sécurité physique. Elles sont donc bien placées pour instaurer la confiance et la collaboration entre les citoyens et l'État

Les leçons tirées d'autres crises le démontrent. Lors de l'épidémie d'Ebola au Liberia par exemple, la confiance dans le gouvernement était très faible (un héritage de la guerre civile du pays), ce qui a conduit de nombreuses personnes à se demander si la maladie était réelle. Cependant, sous l'impulsion des initiatives communautaires, le gouvernement a modifié son approche pour privilégier la collaboration avec ses citoyens, ce qui "a joué un rôle essentiel pour empêcher que le pire scénario ne se produise".

Cela montre que, pour faire face à une crise comme COVID-19, nous avons besoin de mesures qui font traditionnellement partie de la consolidation de la paix et de la transformation des conflits : engager les communautés, établir la confiance et améliorer les relations entre l'État et les citoyens.

International Alert a travaillé avec ses partenaires locaux pour engager les forces de sécurité, les autorités locales et les citoyens (y compris les femmes, les jeunes et d'autres groupes généralement laissés à l'écart des processus décisionnels) et pour s'assurer que les réponses en matière de sécurité sont davantage adaptées pour renforcer la confiance et la collaboration, répondre aux besoins des communautés et traiter d'autres causes profondes de conflit.

Dans le centre et le nord du Mali, nous avons reconstruit la confiance entre les communautés et les forces de sécurité, après que cette relation ait été déchirée par des années de conflits violents. Récemment, les dirigeants des communautés et les forces de sécurité locales nous ont demandé de poursuivre ce travail dans le sillage de COVID-19. Dans les villes de Mopti et de Macina, les forces de sécurité s'engagent maintenant avec les communautés pour prendre des décisions sur la mise en place de points de contrôle de la température, le maintien de l'ordre public et le respect des directives de distanciation sociale.

De même, au Nigeria, les forces de sécurité participant à nos programmes de renforcement de la confiance travaillent désormais en étroite collaboration avec les chefs communautaires et traditionnels, notamment en consultant les femmes, pour s'assurer que les restrictions de COVID-19 répondent à leurs besoins.

De telles approches peuvent guider de meilleures réponses à COVID-19, en Afrique et au-delà.

Dans le domaine de la consolidation de la paix, comme dans le cas d'une pandémie mondiale, mieux vaut prévenir que guérir. Nos efforts doivent aller au-delà de la mise en place de mesures visant à atténuer et à sanctionner les violations des droits de l'homme commises par les forces de sécurité au cours de cette épidémie de coronavirus.

Nous devons créer des relations de confiance mutuelle, de responsabilité et de collaboration. Le monde et ses sociétés seront inévitablement confrontés à des crises plus graves, qu'elles soient dues à de nouvelles maladies, au changement climatique ou à d'autres menaces mondiales. Les forces de sécurité feront toujours partie de l'architecture de gouvernance de l'État.

Les images saisissantes des manifestations mondiales contre la violence policière systémique aux États-Unis nous rappellent brutalement le rôle essentiel que jouent les forces de sécurité dans le façonnage du tissu social, qu'il s'agisse de rassembler les communautés ou d'amplifier les disparités.

Nous devons investir dans la consolidation de la paix au sein du secteur de la sécurité, afin de créer un terrain fertile pour une participation constructive des forces de sécurité dans la vie quotidienne comme dans les situations d'urgence.