COVID-19: Quatre façons pour les bâtisseurs de la paix de pouvoir réagir

(English)

Au sein d’International Alert, comme dans toute autre organisation de consolidation de la paix dans le monde, nous émergeons de notre choc initial à la vitesse à laquelle la pandémie de coronavirus (COVID-19) a balayé le globe, et nous commençons à examiner comment nous, en tant que bâtisseurs de la paix, façonnons nos actions.

Voici quatre façons avec lesquelles, nous pensons que nous, et d'autres bâtisseurs de la paix, pouvons réagir.

1. Utiliser des données probantes pour montrer comment les réponses sur le COVID-19 affectent les conflits, et vice-versa

Comme la pandémie frappe des pays déjà en proie à des conflits violents ou connaissant des périodes de transition difficiles, elle interagira avec d'autres causes et conséquences de ces conflits.

En Ukraine, la pandémie menace d'accabler un système de soins de santé déjà malmené dans l'est du pays, déchiré par la guerre. Partout dans le monde, les fermetures d'usines ont entraîné une augmentation de la violence domestique. Et de vastes inégalités ont été mises en évidence, comme en Inde, où le confinement menace de déclencher une crise humanitaire alors que des centaines de milliers de migrants quittent les villes pour retourner dans leurs villages.

La façon dont COVID-19 affecte et est affecté par les conflits varie d'un pays à l'autre, d'une communauté à l'autre. Cela dépendra de ce qui existait auparavant et de la façon dont les responsables du pouvoir réagiront lorsque leurs électeurs seront dans le besoin. Une partie de l'impact sera immédiate, mais une grande partie prendra des mois et des années avant de se manifester.

Les artisans de la paix peuvent apporter cette nuance spécifique au contexte aux décideurs politiques et aux humanitaires en exploitant leurs réseaux et leur accès dans des endroits difficiles d'accès, en générant et en analysant des preuves locales et en les utilisant pour éclairer les réponses aux crises.

Par exemple, l'équipe d'International Alert aux Philippines a adapté des cartes de conflit existantes pour y inclure des informations sur les points chauds du COVID-19, permettant aux gouvernements locaux de répondre plus efficacement et plus rapidement aux zones et aux communautés où convergent les infections virales, les vulnérabilités locales et les tensions violentes.

Le Partenariat pour l'eau, la paix et la sécurité (WPS) a examiné comment utiliser ses outils, qui permettent de suivre les données relatives aux ressources, à l'économie et aux catastrophes, pour évaluer les effets de COVID-19 et aider à concevoir des mécanismes de réponse efficaces.

Peace Direct et ses partenaires ont utilisé une plateforme de dialogue en ligne pour réunir plus de 450 artisans de la paix de 60 pays en consultation sur ce dont leurs communautés ont besoin pendant cette crise.

2. Promouvoir la fourniture d'une aide sensible aux conflits

La manière dont l'aide est fournie dans les zones de conflit ou zone fragile est cruciale. Si elle est fournie sans connaissance des dynamiques de conflit existantes, y compris la compréhension de qui détient le pouvoir et de qui ne le détient pas, l'aide pourrait exacerber les tensions, approfondir les divisions ou même conduire directement à la violence. Au mieux, les agences d'aide n'auront que peu d'impact. C'est particulièrement le cas lors de crises à grande échelle nécessitant une réponse rapide, comme on l'a vu par exemple lors de la récente épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

Les artisans de la paix doivent forger des partenariats avec les acteurs humanitaires, en fournissant des analyses de conflit actualisées, en mettant en place des programmes de renforcement des capacités sur la sensibilité aux conflits - comme cette formation en ligne de swisspeace - et en aidant les agences humanitaires à surveiller l'impact de leur travail sur les conflits.

Lorsqu'elle est bien fournie, l'aide humanitaire peut combler les fossés et s'attaquer aux facteurs structurels des conflits, tels que l'inégalité ou la mauvaise gouvernance. Au Liban, International Alert a passé les quatre dernières années à travailler avec l'ONG de santé Amel Association, soutenant les travailleurs sociaux et de santé dans la gestion du stress, la résolution des conflits et les compétences de communication, afin qu'ils puissent fournir des services d'une manière qui contribue à la cohésion sociale.

Collaborative Development Associates et la Fédération internationale de la Croix-Rouge ont documenté la manière dont l'engagement communautaire et les approches de responsabilisation ont amélioré la fourniture de l'aide humanitaire et au développement, notamment en réponse à l'épidémie d'Ebola en RDC.

3. Contrer les récits qui divisent

Le ciblage et l'"autre" de groupes particuliers, souvent ceux qui sont déjà marginalisés, ont été les premiers signes de l'impact négatif de COVID-19 sur les sociétés. Plusieurs pays ont fait état de violences à l'encontre des communautés asiatiques (il existe désormais une page Wikipédia sur la question), et les tensions entre les communautés libanaises et les réfugiés syriens se seraient aggravées pendant la crise. Dans certains cas, les récits qui divisent sont alimentés ou légitimés par ceux qui détiennent le pouvoir ; dans de nombreux cas, l'"autre" prolifère en ligne comme hors ligne.

Les artisans de la paix doivent se mobiliser pour identifier et contrer ces récits. L'affrontement entre les minorités et les groupes vulnérables est une caractéristique commune à de nombreux conflits, et nous disposons déjà d'une myriade d'outils différents qui peuvent être réutilisés dans un monde post-COVID. De la formation des journalistes pour qu'ils puissent couvrir les histoires sans alimenter involontairement la violence, au soutien des personnes appartenant à des groupes marginalisés pour qu'elles racontent leur propre histoire, en passant par l'engagement direct avec ceux qui diffusent des messages de division ou des discours de haine sur les médias sociaux.

L'organisation de consolidation de la paix Build Up travaille actuellement avec des étudiants au Kenya pour lutter contre la polarisation en ligne, en s'appuyant sur les enseignements tirés de leur travail de lutte contre la polarisation en ligne sur Twitter et Facebook aux États-Unis. Build Up dispose également de deux grands blogs sur la consolidation de la paix numérique pendant la pandémie, qui mettent en avant des approches innovantes.

4. Renforcer la confiance entre les citoyens et l'État

L'un des impacts à long terme de cette pandémie dans le monde sera la mesure dans laquelle elle remettra en cause (ou renforcera) le contrat social qui prévaut entre les citoyens et les États.

Les recherches menées par International Alert au Liberia après l'épidémie du virus Ebola de 2014-15 ont montré que la confiance dans le gouvernement était très faible - un héritage de la guerre civile du pays - avec 81% des personnes interrogées en colère contre la lenteur perçue du gouvernement à réagir. La même étude a révélé que les initiatives communautaires avaient "joué un rôle vital pour empêcher le pire scénario de se réaliser", en faisant évoluer l'approche initiale du gouvernement vers une approche qui met l'accent sur la communication à double sens et le respect mutuel avec les communautés touchées.

Cela démontre le rôle important que les organisations et les structures de base, y compris les réseaux de consolidation de la paix, peuvent jouer, non seulement pour réduire les taux de transmission, mais aussi pour prévenir et résoudre les tensions. Il s'agit notamment des réseaux de femmes œuvrant à la consolidation de la paix, qui peuvent se mobiliser pour répondre à l'augmentation de la violence sexuelle et sexiste, ainsi qu'à d'autres problèmes.

A l’échelon mondial, nous assistons à une centralisation accrue du pouvoir de l'État pour faire respecter les mesures d'isolement social. Les organisations de défense des droits de l'homme ont signalé des abus de la part des gouvernements. De nombreux pays ont fait appel à leurs forces armées, s'inquiétant des effets potentiels sur la relation entre civils et militaires et des risques particuliers encourus par les femmes dans certains pays. Il existe également un risque que ces mesures d'urgence ne soient pas annulées lorsque la pandémie prendra fin.

Pendant ce temps, les puissants acteurs du conflit mènent leurs propres actions. Au Liban, les partis politiques mobilisent des ressources indépendantes de l'État pour servir leurs propres circonscriptions. En Ukraine, le président Zelensky a demandé aux oligarques d'investir dans la réponse du pays à la pandémie, en leur attribuant des oblasts (régions) dans lesquels ils doivent coordonner les efforts.

L'impact économique de la pandémie remettra également en cause le contrat social. La chute des prix du pétrole pourrait compromettre la capacité des pouvoirs en place dans des pays comme le Sud-Soudan à financer leur secteur de la sécurité et leur service public, ou - dans le cas des pays du Golfe - à offrir des subventions et des taxes peu élevées.

Lorsque la crise s'atténuera, les exigences des citoyens envers leurs gouvernements changeront probablement. Les artisans de la paix peuvent aider les citoyens à exprimer ces demandes de manière pacifique et à réunir les gouvernements et les citoyens pour trouver un terrain d'entente. En Tunisie, par exemple, Alert étudie les moyens d'adapter à COVID-19 son travail sur la gouvernance de la santé dans les régions frontalières - qui aide les citoyens à plaider auprès du gouvernement pour l'amélioration des services de santé.

Au Nigeria, nous utilisons des programmes médiatiques pour fournir des informations précises et donner aux citoyens une plateforme pour exprimer la manière dont la pandémie affecte leur vie.

Le chemin à parcourir

Les crises précédentes nous ont montré que lorsqu'une situation d'urgence se présente, il est trop facile de se concentrer sur la résolution du problème en question et de détourner notre regard des questions sous-jacentes et complexes qui alimentent le conflit.

Il faudra du temps pour que l'impact de COVID-19 soit pleinement connu - sur la société, l'économie, la gouvernance, le secteur de l'aide internationale et la consolidation de la paix.

Il est de la responsabilité de ceux d'entre nous qui travaillent à l'intersection de la consolidation de la paix, des conflits et des crises humanitaires de continuer à braquer le flambeau sur les moteurs de conflits et de soutenir les gouvernements, les humanitaires et les donateurs pour y faire face.

Pour ce faire, nous devons travailler en partenariat, avec le secteur des soins de santé, avec le secteur technologique et entre nous. Il s'agit d'un territoire inexploré, et nous devons mettre en commun nos connaissances et nos ressources pour le traverser avec succès.