Notre inquiétude face aux évènements du 09 juillet 2012 dans la ville de Goma

Par la présente, nous exprimons notre inquiétude face à la reprise de la guerre dans le territoire de Rutshuru, Province du Nord Kivu, entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et le groupe armé M23. Les affrontements en cours risquent de raviver les tensions entre les communautés ethniques du Kivu et avoir un impact négatif sur le développement économique, dont le petit commerce transfrontalier qui fait vivre des centaines de milliers de personnes dans la région, de part et d’autres des frontières.

Lundi 09 juillet 2012, la ville de Goma a vécu des actes de violence qui rappellent les conflits ethniques des années «90 » de triste mémoire qui ont marquées les Kivus. Un groupe de conducteurs des taxis motos, appelés communément « motards » ont pris le contrôle de principales artères de la ville scandant des slogans hostiles au Rwanda ; à la chasse de toute personne soupçonnée être de nationalité rwandaise. Des personnes ont été sélectionnées sur base de leur faciès et conduit à la frontière entre la RDC et le Rwanda sous escorte de la police nationale. D’autres encore ont été molestées avant d’être forcé à traverser la frontière. Les petit(e)s commerçant (e)s transfrontaliers venant de la ville de Gisenyi pour vendre à Goma ainsi que les étudiants de la même ville sont comptés parmi les victimes de ces actes de barbarie. Bien que les manifestants déclarent exiger au gouvernement de la RDC de rendre compte sur la reprise de la guerre au Nord Kivu et protester contre le soutien du Rwanda au M23 ; nous condamnons ces actes de violence et la stigmatisation à caractère ethnique qui, non seulement portent atteinte à l’intégrité physique des victimes, mais aussi menacent la cohésion sociale dans une région où la manipulation de questions identitaires constitue une menace à la paix et à la stabilité.

Pour ce faire, les signataires de cette déclaration invitent les autorités civiles et militaires locales, nationales et régionales à faire preuve de responsabilité et privilégier la voie pacifique dans le règlement de différends. Ils appellent la population de Goma en particulier et celle des Kivus en général, au calme et au respect des droits humains gage de la paix dans les provinces du Kivu. D’user de la raison et recourir à la voix non violente dans la revendication de leurs droits. Ils encouragent également les organisations de la société civile de la RDC et du Rwanda ainsi que la communauté internationale, la MONUSCO en particulier, à soutenir les initiatives visant à trouver une solution pacifique et durable face à cette crise qui menace la paix dans la région des Grands Lacs.

Faite à Goma, le 18 juillet 2012

Signataires :